Aller au contenu

Glossaire de FloraQuebeca

Lieu de pâture.
À fleurs épaisses.
À fruits épais.
Dont la base de la tige est enflée.
Qualifie une graine dont la chalaze s'étend dans toutes les directions par une croissance intercalaire et une multiplication de cellules.
À téguments épais.
Se dit d'un rhizome large et épais, à croissance déterminée.
Troisième stade de la prophase de la première division de méiose.
Voir pachynosis.
Variations dans la croissance en épaisseur d'un organe.
À large pied ou tronc.
À racines épaisses.
Troisième stade de la prophase de la première division de la méiose.
Mode de reproduction par autofécondation qui survient lorsque les gamètes provenant des mêmes cellules-mères se fusionnent.
Précocité extrême, comme lorsqu'un semis d'arbre fleurit lorsqu'il n'a que quelques centimètres de haut.
Chaume de Poacées après l'extraction des grains de son infrutescence.
Qui possède des paillettes; en forme de paillettes.
Petite écaille membraneuse qui représente le calice ou les bractées des fleurs de certaines Astéracées, entre lesquelles elles se trouvent intercalées dans le capitule.
Glande nectarifère.
Petite écaille plus ou moins translucide, souvent filiforme et peu visible, qui dans plusieurs synanthérées, est entremêlée, soit avec les fleurs, soit aux bractées qui, par leur réunion, constituent l'involucre de ces mêmes plantes.
Se dit d'un organe qui est géminé ou double.
Formation graminéenne des Andes intertropicales prenant le relais des páramos équatoriaux de la Cordillère orientales, au Pérou et en Bolivie.
Se dit d'un organe, comme une feuille, qui adhère au support par le bord.
Renflement de la base de la partie libre des pétales de certaines corolles gamopétales irrégulières, fermant plus ou moins la gorge de cette corolle.
Caractéristique de la texture des aliments agréables au palais.
Réponse à un stimulus provoqué par la qualité sensorielle des aliments.
Relatif aux étangs saumâtres littoraux dans le Languedoc.
Glumelle supérieure de la fleur des Poacées.
Voir pailleté.
Relatif aux régions septentrionales de l'Ancien Monde.
Qui a la forme d'une paille.
Partie de la biologie qui traite des formes de vie disparues, à partir des restes organiques conservés dans les strates géologiques.
Partie de la paléontologie qui traite des végétaux fossiles.
Étude des paléo-semences (graines de fruits fossilisées).
Partie de l'écologie qui traite du mode de vie des espèces disparues, du milieu dans lequel elles évoluaient et de leurs rapports avec les êtres vivants qu'elles côtoyaient.
Endémisme se rapportant à des espèces dont certaines ont pu se différencier déjà dans l'ère tertiaire.
Flore d'une région donnée à une époque passée.
Bractée supérieure qui recouvre l'épillet chez les Poacées.
Pourvu de paléole(s).
Portant des paléoles.
Science qui étudie les êtres et organismes vivants ayant existé au cours des temps géologiques, basée sur l'observation des fossiles.
Étude de la flore au cours des temps quaternaires à la faveur de l'analyse des pollens fossilisés, en particulier de ceux qui recèlent les carottes de sondages réalisés dans les tourbières.
Qui résulte d'une polyploïdie ancestrale survenue il y a plusieurs millions d'années suite à une duplication complète du génome par autopolyploïdie ou bien allopolyploïdie.
Relatif aux régions tropicales de l'époque préhistorique.
Science faisant partie de la paléobotanique, et qui s'occupe de l'étude de l'appareil conducteur des plantes vasculaires disparues, notamment des bois fossiles.
Partie, élargie en cuiller, d'un translateur, qui recueille les pollinies au moment où l'insecte se retire de la fleur.
Se dit d'une feuille dont la nervure primaire se divise en une série de ramifications secondaires ou dichotomiques plus ou moins espacées et divergentes à partir de la base.
Formation des caractères qui récapitulent les stades ancestraux au cours du développement embryonnaire.
Se dit d'une espèce dont l'embryon présente des caractères ancestraux.