Aller au contenu

Glossaire de FloraQuebeca

Type d'étêtage pratiqué dans les vergers à graines qui consiste à réduire drastiquement la dimension des arbres après une bonne année semencière.
Chétif, recroquevillé, qui pousse difficilement.
Subdivision d'une espèce distinguée par des caractéristiques morphologiques ou physiologiques héritables qui résultent d'une adaptation à une condition environmentale spécifique et qui peut être décrit par la localisation géographique, le climat, l'altitude, la condition de la terre ou d'autres facteurs environmantaux spécifiques.
Ensemble de cultivars ayant des caractéristiques similaires, la différenciation entre chaque cultivar étant le plus souvent la couleur.
Voir provenance.
Qui, dans la suite des générations, a été influencée par une cellule sexuelle appartenant à une autre race.
Qui, dans la suite des générations, n'a pas été influencée par une cellule sexuelle appartenant à une plante d'une autre race.
Inflorescence composée de fleurs pédicellées, arrangées le long de l'axe qui poursuit son élongation de manière indéfinie.
Voir panicule.
À fleurs pédicellées arrangées sur un seul axe, comme une grappe ou un ensemble de grappes.
Qui possède des racèmes.
Qui porte des racèmes.
Dont les fleurs sont organisées en racèmes.
En forme de grappe.
Petit racème.
Petit racème secondaire, ramification d'un racème primaire.
En petit amas ou petite grappe.
Voir racème.
Axe ultime florifère d'une inflorescence d'une Palmae.
Prolongement de l'axe secondaire des épillets chez les Carex à l'intérieur du périgyne et chez de nombreuses graminées.
Voir rachéole.
Voir rachéole.
Se dit du petit axe en zigzag des inflorescences de certaines Poacées.
Pétiole commun portant les folioles des feuilles composées.
Axe primaire d'une inflorescence, et notamment de l'épi ou de la panicule des Poacées.
Maladie causant l'avortement du fruit ou des graines.
Hypertrophie des enveloppe florales, particulièrement chez les Poacées et les Cypéracées.
Qui se rapporte aux racines.
Qui peut s'enraciner.
Partie inférieure d'un végétal relié à la tige, croissant vers la terre (géotropisme positif), qui ancre la plante dans le sol et lui permet d'absorber l'eau contenant des sels minéraux dissous.
Qui possède des racines développées, en particulier lors du marcottage.
Racine qui se forme à partir d'organes, souterrains ou aériens, qui ne sont pas eux-même des racines.
Voir pneumatophore.
Première racine qui se développe à partir de la radicule.
Racine principale dérivant directement de la radicule persistante chez de nombreuses Dicotylédones.
Racine dont la contraction maintient la tige à une distance constante de la surface du sol.
Chacune des racines adventives puissantes qui soutiennent le tronc au-dessus du sol de divers arbres des régions équatoriales
Racine adventive de plantes grimpantes, sans rôle absorbant, servant de moyen de fixation sur un support.
Racine adventive, jouant un rôle de support en étayant le tronc.
Racine aérienne d'espèces arborescentes épiphytes formant un réseau de plus en plus dense autour de l'arbre hôte qui finira par disparaître.
Voir racine-contrefort.
Qualifie un type de symétrie, liée à la disposition régulière de tous les éléments homologues par rapport à l'axe d'un organe qui joue alors le rôle d'axe de symétrie.
Relatif aux rayons, comme chez les Astéracées.
Qui émet des des rayons, en parlant d'une fleur composée. Épithète donnée à la couronne des synanthérées, quand les fleurs qui la constituent dépassent en longueur celles du disque.
À fleurs radiées.
En forme de rayon.
Situé à la base de la tige, près du collet.
Se dit d'une tige, généralement couchée, et émettant çà et là des racines adventives.
Disposition de l'ensemble des racines; action par laquelle les plantes poussent des racines.
À longues racines.